Les enjeux du territoire

L’approvisionnement en eau potable

La consommation annuelle en eau potable sur le bassin versant est de l’ordre de 9 millions de m3. L’alimentation en eau potable provient à 80 % de ressources extérieures au territoire (la nappe alluviale de la Loire prélevée au captage de Basse Goulaine, la retenue d’Apremont, la retenue du Jaunay). Les 20 % restants sont produits à partir de trois ressources locales : les étangs du Gros Caillou et des Gâtineaux, situés à proximité de Pornic, la nappe de Machecoul, la nappe de la Vérie à Challans.

La préservation et l’amélioration de la qualité des eaux douces et salées

Pour la qualité des eaux littorales, le paramètre déterminant est la bactériologie car elle conditionne les activités d’aquaculture et de baignade. Pour la baignade, la qualité des eaux est majoritairement satisfaisante. Pour l’aquaculture, la situation est bonne mais pourrait être améliorée.

Station d'épuration de ChallansPour la qualité des eaux douces, plusieurs paramètres méritent une attention particulière sur le territoire : les concentrations en phosphore, en matière organique et en produits phytosanitaires, qui demeurent trop élevées. Il faut cependant noter qu’il n’existe pas de référentiel d’évaluation de la qualité de l’eau pour les marais et les concentrations élevées en phosphore et matière organique sont probablement inhérentes au milieu.

La gestion et la préservation des milieux aquatiques

Le marais breton est considéré comme la 3ème zone humide au niveau national avec une superficie d’environ 324 km² (à laquelle s’ajoutent les marais de l’île de Noirmoutier et du canal de Haute-Perche).

En dehors de ces zones de marais, le territoire compte également d’autres zones humides dont le rôle est important (régulation hydraulique, épuration de l’eau, …), en particulier en amont du bassin versant (zone appelée « tête de bassin versant »).

Concernant les cours d’eau (partie amont du bassin versant), leur morphologie a été altérée par des travaux de recalibrage mais des opérations de « renaturation » sont actuellement en projet.

La gestion quantitative de l’eau

La gestion quantitative de l’eau est une problématique majeure sur le territoire, en particulier dans les zones de marais. L’enjeu de la gestion de l’eau dans les marais est de trouver pour chaque saison un niveau d’eau qui permette de satisfaire tous les usages et fonctions du marais.


Lettre d'informations